Le Vicaire du Christ Agrandir l'image

Le Vicaire du Christ

9791093228044

Neuf

NOUVEAU ! De Roberto de Mattei.

Frais de port gratuits dans le monde entier !

Un livre d'actualité et érudit, facile d'accès et plein d'informations, qu'il est important de lire.

Extrait à découvrir gratuitement sur Calaméo.

Plus de détails

En stock

17,50 € TTC

Fiche technique

Hauteur 21 cm
Largeur 14 cm
Couverture souple
Pages 220

En savoir plus

Ce nouvel ouvrage du professeur Roberto de Mattei est un livre d’une grande actualité, à l’heure où l’on parle d’une « réforme » du gouvernement de l’Église. C’est très justement que Le Vicaire du Christ porte en sous-titre cette interrogation : Peut-on réformer la papauté ? En partant du coup de théâtre que fut l’abdication de Benoît XVI en 2013, l’historien italien réalise une grande fresque historico-théologique en forme d’essai, à l’accès et à la lecture faciles, afin de nous démontrer ce qu’est l’essence de la papauté et de mettre en lumière la fonction de souverain

pontife. Quand est-ce qu’un pape devient pape ? Que sont la primauté et l’infaillibilité ? Et la collégialité ? Un pape peut-il être hérétique ? Que se passerait-il s’il perdait la raison ? Un pape peut-il abdiquer ? Le choix de Benoît XVI a-t-il été opportun ? Peut-on envisager un pontificat limité dans le temps et non plus « à vie » ? Ce sont à ces questions parmi d’autres que Roberto de Mattei répond avec une grande clarté, prenant appui sur des exemples historiques précis ainsi que sur le Magistère de l’Église et les théologiens les plus sûrs qui soient.

Lisez gratuitement l'introduction de ce livre sur notre liseuse en ligne.

L'auteur : Roberto de Mattei est né en 1948 à Rome. Historien, il a enseigné à l’Université européenne de Rome et à l’université de Cassino, où il a été titulaire de la chaire d’histoire moderne. Président de la fondation Lépante, il anime également la revue Radici Cristiane ainsi que les agences d’information Correspondance européenne et Corrispondenza romana. De 2004 à 2007 et de 2008 à 2011, il a été le vice-président de l’équivalent du CNRS en Italie. Enfin, entre 2002 et 2005, il a été conseiller du gouvernement italien pour les questions internationales.

Reviews

Note 
25/05/2016

Rome, seconde pâtrie des catholiques – Réflexions sur un nouvel

Les catholiques français chérissent à juste titre leur patrie temporelle et charnelle qu’est la France, chantée par tant de poètes et d’écrivains, glorifiée par une terre si noble, un patrimoine inimitable et une histoire des plus riches. Au spirituel, ils complètent cet amour du sol natal avec une patrie que l’on pourrait qualifier de « céleste », dont la seule attache terrestre est Rome, la Ville éternelle.

Le professeur Roberto de Mattei sera sans doute déjà bien connu de nombre de nos lecteurs. Cet universitaire renommé, ancien vice-président de l’équivalent italien du CNRS, animateur de différentes agences d’information, revues et fondations, est un fin « vaticaniste ». Fort de sa méthodologie historique, il sait dresser des tableaux complets et érudits sur des sujets confinant à la théologie et au droit canon.

Il fait paraître en France un très beau Vicaire du Christ. Peut-on réformer la papauté ?, dont la lecture est aisée, malgré un apport d’informations très dense, ce qui en fait une réalisation proprement remarquable. Ce livre rendra les catholiques de France et de Navarre plus ardents dans leur foi, en leur décrivant le roc inébranlable que représente pour celle-ci le souverain pontife. Nous pourrions parler de « vade-mecum » du parfait catholique romain, tant le tout semble abordable et extrêmement sûr, d’un point de vue doctrinal.

Le lecteur voyage à travers les siècles, goûtant aux saveurs de l’Évangile et de l’Église primitive, mais aussi d’un auteur à l’autre, d’une autorité l’autre, en étudiant les enseignements donnés par un large éventail disciplinaire comptant histoire de l’Église, science canonique, philosophie et théologie. Les références historiques sont toujours précises et probantes, et les anecdotes surprenantes, volontairement oubliées par les réformateurs progressistes les plus aveugles, loin d’être rares.

Roberto de Mattei s’intéresse avec profit aux principes de la papauté, à son essence. Il défait des nœuds, rappelle des vérités, redresse des torts et annihile des erreurs. L’infaillibilité fait l’objet d’un exposé clair, loin d’être assimilée – comme trop souvent de nos jours – à une impeccabilité qui couvrirait tout acte ou toute parole du pape de l’inerrance propre au Saint-Esprit… Mais ce serait là un blasphème ! Qui prétendrait justifier la conduite abominable d’un Alexandre VI (le fameux pape Borgia) sous ce prétexte ? Les cardinaux l’ayant élu ont-ils vraiment suivi une inspiration de l’Esprit Saint ? Et ainsi de suite. Si cet exemple est particulièrement connu et évident, beaucoup d’autres suivent, rendant la démonstration de l’historien romain d’autant plus recevable.

L’importance d’une autorité spirituelle et morale suprême est rappelée en plusieurs endroits, de même que son intérêt à jouir d’une souveraineté temporelle, sur un territoire, aussi petit soit-il. Mais, dans l’ensemble, l’auteur s’ingénie à défendre l’institution pontificale contre ses adversaires, et notamment contre ceux qui se trouvent au sein même de l’Église. Ce sont ces soi-disant catholiques qui souhaitent la collégialité à la tête du gouvernement ecclésiastique, ou encore un pontificat à terme et non plus jusqu’à la mort… Ce sont ceux qui veulent parcelliser l’autorité en des conseils toujours plus nombreux, du haut en bas de la hiérarchie, afin de l’atomiser et de la détruire… pour faire passer on ne sait quelles idées – ou, si, on ne le sait que trop bien… Non, le pape est vicaire du Christ avant d’être évêque de Rome, puisqu’il est souverain pontife dès le moment de l’acceptation de son élection. Jusqu’au Xe siècle, il était interdit d’élire pape un évêque… Dans la même veine, plusieurs papes sont morts avant d’avoir reçu la consécration épiscopale, ce qui devrait suffire à faire méditer ceux qui, par une conception biaisée de l’humilité, voient dans le titre d’« évêque de Rome » l’avenir du Saint-Siège.

De même, l’Église de la communion, de l’agapè, des fidèles, ne saurait être opposée à l’Église juridique, institutionnelle, visible, formelle. S’il faut distinguer, comme saint Thomas d’Aquin l’a répété à plusieurs reprises, c’est pour mieux unir, et non pour séparer des blocs et insinuer la zizanie parmi les brebis de Dieu. Par des analyses irrévocables, le lecteur verra que le pouvoir suprême du pape lui vient d’un pouvoir de juridiction, et non du pouvoir d’ordre, sans quoi il ne pourrait pas abdiquer (tout caractère d’ordre étant indélébile) ; et qu’il n’est pas possible d’inventer un « pouvoir de magistère » à mettre sur le même plan que le pouvoir d’ordre et que le pouvoir de juridiction, le magistère étant englobé par ce dernier. Des notions basiques d’ecclésiologie sont mises en exergue, notamment autour de la notion de « Corps mystique du Christ ».

Les pages didactiques s’enchaînent les unes les autres, pour nous rassurer et nous conforter, ou pour nous obliger, le cas échéant, à changer d’avis, c’est-à-dire à abandonner des options personnelles et fausses pour en revenir à la connaissance de la doctrine traditionnelle de l’Église, à laquelle doit se rattacher tout catholique sincère. C’est ainsi que les théologiens du Moyen Âge n’ont jamais douté un seul instant qu’un pape puisse être hérétique, que la question de la folie a déjà été étudiée, et que la vieillesse n’est pas chose nouvelle au Vatican… ni la douleur physique ou la détresse morale.

Que du bon sens, me direz-vous : oui, mais rappelé avec références et autorités à l’appui ! Une belle œuvre, à placer entre toutes les mains religieuses, pour renouveler l’adhésion et l’attachement des catholiques au Siège apostolique, tout en balayant de trop nombreuses idées reçues et opinions fausses. À dévorer sans attendre !

En savoir plus sur http://www.lebreviairedespatriotes.fr/23/05/2016/a-la-une/rome-seconde-patrie-des-catholiques-reflexions-sur-un-nouvel-essai-du-pr-de-mattei/

Note 
09/05/2016

Roberto de Mattei, Le Vicaire du Christ. Peut-on réformer la pap

Être légitimiste, c’est défendre la légitimité, ce qui est une façon de contribuer à la justice sur cette terre. Si cette notion, en France et au temporel, nous invite à défendre les prérogatives de l’aîné des Bourbons, elle doit, au spirituel et à travers la planète tout entière, nous pousser à défendre les droits du pape, souverain en la matière.

Ce nouvel essai du professeur Roberto de Mattei est là pour nous faire aimer la papauté, en nous rappelant ce qu’elle est. C’est une grande et belle fresque historique, théologique et canonique, judicieusement intitulée Le Vicaire du Christ. Peut-on réformer la papauté ? et publiée aux Éditions Le Drapeau blanc[1] (dont le nom, reprenant semble-t-il un journal royaliste du xixe siècle, ne peut que nous inspirer confiance…).

La Bible, les Pères de l’Église, les théologiens et les canonistes les plus réputés, sans oublier de nombreux historiens, nous introduisent à la primauté pétrinienne, étudiée dans tous ses états. Grâce à une plume fluide, habile et claire, on glisse sans mal de l’exégèse à la théologie en passant par le droit canonique.

La démonstration est saisissante et convaincante tout à la fois, s’opposant aux « réformateurs » autoproclamés de notre temps. Quiconque voudrait abolir une papauté à vie pour un mandat pontifical limité dans le temps se heurterait à saint Paul et à l’Église dans son essence même ; pareillement, la collégialité – vague relent de démocratisme dans les institutions religieuses – est révoquée. Mattei pousse ses raisonnements jusqu’au bout en analysant certaines « propositions de réforme » de la Curie, qui nous mèneraient tout droit vers le presbytérianisme, le congrégationalisme…

La mode selon laquelle il ne faudrait mettre en avant que le titre d’« évêque de Rome » du pape est détruite de façon limpide, en quelques pages, que nous vous laissons découvrir (entre autres, certains papes sont morts avant d’avoir été sacrés évêques…). Il faut au contraire lui préférer la notion de « vicaire du Christ », expression résumant presque à la perfection la suprême puissance pontificale. L’auteur conclut en espérant que l’autorité morale souveraine qu’incarne le Saint-Siège mettra enfin un terme à la déliquescence des sociétés postmodernes : les fidèles, et l’humanité en général, attendent qu’une boussole les guide sûrement.

Particulièrement probante, la dernière partie de l’ouvrage, étudiant scrupuleusement des questions d’importance et d’actualité : « Un pape peut-il être hérétique ? », « Le droit dans l’Église : peut-on désobéir au pape ? », « La maladie et la perte de facultés mentales », « La renonciation du pape », etc.

Vraiment, il est fort probable qu’aucun livre aussi sérieux et instructif ne soit disponible en librairie sur ce thème. En prendre connaissance, c’est un bon moyen de ressourcer sa foi catholique aux racines évangéliques et romaines, qui ne font qu’un…

Jean de Fréville

http://www.vexilla-galliae.fr/civilisation/litterature-cinema/1945-roberto-de-mattei-le-vicaire-du-christ-peut-on-reformer-la-papaute

Note 
09/05/2016

Le Vicaire du Christ, un livre du professeur Roberto de Mattei

Décidément, le rythme éditorial du professeur de Mattei en France est de plus en plus soutenu, ce qui n’est pas pour nous déplaire !
Nous avons pu découvrir en avant-première son dernier ouvrage en date : Le Vicaire du Christ. Peut-on réformer la papauté ?[1] Ce livre, à la fois d’histoire et d’actualité, vient vraiment à point nommé, lorsque l’on sait que les « événements » semblent se bousculer au Vatican… Dans la droite ligne de l’Apologie de la Tradition parue l’année dernière, ce Vicaire du Christ est un essai historico-théologique remarquablement bien construit, d’une clarté toute évangélique et d’une doctrine parfaitement sûre – un petit coup d’œil sur la « Bibliographie » ou encore sur l’« Index des noms de personnes » permet de s’en assurer, des auteurs modernistes n’étant toujours cités que pour introduire les problématiques et être aussitôt contredits.

En savoir plus sur http://www.medias-presse.info/le-vicaire-du-christ-un-livre-du-professeur-roberto-de-mattei/53217#1oIU03GXI27c9B5R.99

Write your review!

Write a review

Le Vicaire du Christ

Le Vicaire du Christ

NOUVEAU ! De Roberto de Mattei.

Frais de port gratuits dans le monde entier !

Un livre d'actualité et érudit, facile d'accès et plein d'informations, qu'il est important de lire.

Extrait à découvrir gratuitement sur Calaméo.